Déclaration du Club de Rome

Publié le par bk Jacques

Nous, les membres du Club de Rome, sommes convaincus que le futur de l'humanité n'est pas déterminé une fois pour toute, et qu'il est possible d'éviter les catastrophes actuelles et prévisibles - quand elles sont le résultat de l'égoïsme humain ou des erreurs faites dans des affaires de gestion du monde. Il est important de souligner les signes de l'espoir et du progrès accompli. Nous devons également combattre les menaces à l'humanité, et nous sommes conscients que ces issues de survie deviennent toujours plus pressantes.

La vertu de l'optimisme qui devient enraciné dans l'esprit humain semblerait être une condition essentielle de notre temps. Nous croyons que, afin de parer les tendances courantes vers le triomphalisme arrogant ou le pessimisme ou la démission, nous devons adopter une attitude de confiance basée sur l'engagement et l'optimisme personnels, de bonne volonté et de persévérance par tous les citoyens responsables.

Nous croyons que chaque être d'humain peut choisir de prendre en charge son propre futur plutôt qu'être une victime des événements. L'imagination et la créativité de chaque individu, combinées avec un plus grand sens de la responsabilité sociale, peuvent contribuer à changer nos attitudes et rendre nos sociétés meilleures, ce qui conviendrait pour faire face aux crises à plusieurs facettes qui préoccupent le monde. Nous croyons que la société de l'information qui évolue, bien qu'elle entraîne des risques certains et des contraintes, offre des occasions considérables pour construire ce futur meilleur.

Le monde subit une période de bouleversements et de fluctuations sans précédent dans son évolution vers une société mondiale pour laquelle les gens ne sont pas mentalement préparés. En conséquence, leur réaction est souvent négative, inspiré par la crainte de l'inconnu et par l'ignorance de la dimension mondiale des problèmes qui ne semblent plus d'échelle humaine. Ces craintes, si elles ne sont pas traitées, risquent de conduire des personnes à un extrémisme dangereux, à un nationalisme stérile et à des confrontations sociales majeures.

Nous ne savons pas à quoi ressemblera cette société ou comment cela fonctionnera. Nous devons dorénavant apprendre à gérer cette période fondamentale de transition, qui peut durer plusieurs décennies ou devenir un processus permanent, et nous préparer à un futur l'où l'humanité peut se développer dans le bien-être et la prospérité.

Les temps dans lesquels nous vivons demandent à la fois des efforts collectifs et individuels pour établir des systèmes et des sociétés dans lesquels l'être humain, le respect des autres et la compassion sont les valeurs principales ; la "compétition" devrait être dirigée non pas pour dominer et consommer, mais pour stimuler et participer.

Nous devons nous diriger vers une société qui honore ceux qui font le plus pour favoriser le bonheur et le bien-être humains, pas ceux qui utilisent la plus grande puissance destructive ou se livrent aux formes les plus éhontées de consommation. A cette fin, l'éducation adaptée à la personne entière, et au développement du potentiel unique et des capacités de chaque individu pour le plus grand bien de la communauté, acquiert un rôle toujours plus crucial.

Nous croyons en la nécessité de stimuler des discussions générales sur des questions majeures qui ont des implications mondiales sur tous les aspects de la condition humaine, en adoptant une approche holistique qui couvre leurs aspects moraux, matériels, culturels, sociaux et scientifiques. A cet effet, nous éditons des travaux qui encourageront des gouvernements, des agences internationales, des chefs de file des affaires et des organisations non gouvernementales, des mouvements de la jeunesse et des forces positives dans les sociétés du monde entier, à adopter des politiques et à prendre les décisions stratégiques qui sont appropriées aux circonstances constamment changeantes. Il est clair que l'opinion publique doit jouer un rôle de plus en plus critique dans cette augmentation de conscience.

Nous, les membres du Club de Rome, sommes cent individus, actuellement venus de 52 pays et de cinq continents. Nous représentons des éducations, des philosophies, des religions et des cultures différentes ; nous sommes de différents milieux professionnels et de différentes expertises professionnelles. Naturellement nous avons souvent différentes visions du futur. Pourtant nous sommes unis par un souci commun. le futur de l'humanité. et nous étudions donc les issues principales affectant le monde que nous partageons tous.

Tant que chaque membre du Club de Rome peut accomplir ses responsabilités, chacun de nous s'engage à consacrer une proportion significative de son temps, ses talents à travailler au nom de l'humanité, et en particulier à aider à établir des sociétés plus humaines, plus durables, plus équitables et plus paisibles.

En vue de servir l'humanité, le Club de Rome souhaite renforcer son rôle comme catalyseur de changement et comme centre d'innovation et d'initiative ; il peut faire cela grâce à sa richesse de ses idées et de ses énergies, à la diversité de son adhésion et aux capacités de ses membres à agir en raison de leurs positions et expérience passées ou présentes.

Nous croyons dans la capacité ultime des hommes et des femmes à s'exprimer et à vivre selon leurs valeurs morales et spirituelles, tout en respectant la diversité de l'humanité.

Nous invitons des hommes et des femmes de bonne volonté, particulièrement les jeunes d'aujourd'hui, à partager avec nous ce travail de réflexion et d'action.

Traduit de la déclaration du Club de Rome

Publié dans Développement durable

Commenter cet article

bk Jacques 24/06/2005 20:12

Merci !
Tu peux laisser le lien : je ne m'en plaindrais pas !

natural loustik 23/06/2005 18:57

Ce site est encore mieux avec son nouveau design... longue vie à lui. Je t'ai ajouté dans mes liens (car je pense que nos objectifs sont proches, même si nous n'abordons pas les choses pareil) si jamais tu souhaites que je te retire fais moi signe... Bonne continuation !