Alimentation dissociée

Publié le par Jacques

Source : Wikipedia.

L'alimentation dissociée ou régime dissocié est une pratique alimentaire consistant à ne pas mélanger tous les aliments entre eux.

La pierre angulaire de ce type de régime est : Ce n'est pas ce que vous mangez mais quand et comment.

Ses promoteurs avancent que cette méthode est en adéquation avec les capacités biologiques de digestion et d'assimilation de notre corps. Elle a comme conception, le respect du fonctionnement chimique incontournable des enzymes (milieu acide ou basique) en se basant sur la non combinaison de certains aliments.

Historique

Le docteur Shelton publie la méthode, en 1951, dans son ouvrage Food Combining Made Easy. Il est possible qu'il se soit basé sur les travaux du docteur Howard Hay datant des années 1930.

Dans les années 1960, certains sportifs se mirent à pratiquer la variante scandinave de ce régime.

Depuis les années 1980, ce régime a connu un véritable essor, notamment grâce à la publicité qui en est faite par certaines célebrités. Ainsi le régime Demis Roussos est un régime dissocié.

On peut également citer le régime Antoine et la méthode Montignac comme des méthodes d'alimentation relativement proches.

Le régime Shelton

Le précurseur des régime dissociés préconise les règles suivantes:

Les fruits

Il faut manger des fruits, mais toujours avec un estomac vide (jamais à la fin d'un repas sinon il y a risque de fermentation). On peut donc en manger au petit déjeuner, mais sans rien d'autre, l'énergie venant du repas de la veille.

Combinaison indigeste des protides et des glucides

Celle-ci est interdite car, selon Shelton, pour digérer les protides il faut des enzymes en milieu acide et pour digérer les glucides il faut des enzymes en milieu basique.

Comme nous ne possédons qu'une seule voie de passage (estomac --> duodénum --> intestin) tout se mélange et se neutralise (au niveau chimique).

Ce qui entraîne une mauvaise digestion donc une mauvaise assimilation par le corps et finalement élimination d'une grande partie des aliments ingérés.

Si on ne respecte pas cette règle, le corps s'épuise à produire des acides et des bases pour (tenter de) digérer, au même endroit et en même temps, des aliments incompatibles. Endormissement, lourdeur, rejets gazeux sont les effets secondaires de telles combinaisons.

Utiliser les bonnes combinaisons alimentaires

  • Glucides et Légumes
  • Protides et Légumes

Autres principes

  • Respecter le cycle naturel du corps qui découpe la journée en 3 périodes
    • 4h - 12h : période d'élimination
    • 12h - 20h : période d'ingestion
    • 20h - 4h : période d'assimilation
  • Remplacer le sucre 'classique' (saccharose) par d'autres plus 'simples'
    • Pourquoi ? le saccharose est un sucre "rapide", ce qui fait que le taux de glucose augmente très vite dans le sang lorsque pris à jeun. Trop vite. Les cellules mourraient si le corps (en effet) ne faisaient pas baisser rapidement ce taux. Mais ce faisant il s'épuise (cela n'est pas gratuit). Et en plus, après ces variations fortes, une sensation de manque se développe qui pousse à consommer à nouveau du (mauvais) sucre. Utiliser plutôt le fructose ou le miel (sucre des fruits; par exemple et dont le pouvoir sucrant est 2 fois supérieur), ou alors manger des féculents (pâtes, riz, pain).
  • Eviter autant que possible les sodas non diètes
    • Pourquoi ? à cause de leur taux de sucre important et leur acidité. Le corps doit alors impérativement faire baisser ce pH trop élevé et une des manières de le faire est de prendre le calcium des os (!).
  • Eviter autant que possible les produits laitiers (ou alors le soir pour s'endormir)
    • Pourquoi ? Si cela peut être acceptable pour les enfants (max 5 ans), c'est une véritable aberration pour les adultes. L'homme est en effet la seule espèce sur cette terre à boire le lait nourricier d'une AUTRE espèce et en plus en étant ADULTE. Rappelons que le calcium vient de l'herbe donc du milieu végétal. Au lieu de s'alimenter en calcium animal (qui en passant n'est pas assimilable par l'organisme humain sans vitamine D), il est plus judicieux d'utiliser une source première végétale. Le calcium se trouve en effet en quantité équivalente (sinon plus importante) dans d'autres aliments que le lait (dans le radis, surtout noir, mais ce n'est qu'un exemple). A cela s'ajoute le fait que le lait est un véritable poison. On peut prendre exemple sur les athlètes qui n'en boivent jamais à moins de vouloir finir dernier de toutes les compétitions. Le lait, même ingéré tout seul (estomac vide donc), est très difficile à digérer (d'où l'effet d'endormissement qui survient rapidement) et il a la faculté d'empêcher les autres aliments d'être assimilé lorsqu'il est cuit. En effet dans ces conditions de minuscules brins indestructibles sont constitués et viennent boucher les parois de l'intestin par lesquelles les nutriments doivent passer pour être disponibles pour notre corps. Tout ce qui ne passera pas continuera son chemin et sera donc rejeté (après avoir été cultivé, transporté, acheté, mangé, digéré mais au bout du compte non assimilé).

    Quant à Herbert M. Shelton, sa règle pour le lait est : 'Prendre le lait seul, ou n'en point prendre du tout.'

  • Reprendre le contrôle de son corps (et de ses actions) :
    • Tester cette alimentation dissociée en faisant des essais, tout simplement.
    • Ne pas considérer que l'on a bien mangé uniquement parce que son ventre est rempli. Dépasser le côté psychologique du 'j'ai faim' parce que son ventre n'est pas rempli (à ras bord et en plein travail).
    • Ne pas mal manger 3 fois par jour, 7j/7, 365j/an. Le faire 5 ou 6 fois par semaine (sur 21) est déjà un bon score, non ?
    • Bien manger ne signifie pas 'ne plus manger de bonnes choses'. On ne perd absolument pas le goût, bien au contraire. On en découvre d'autres et on garde les anciens (mais à une fréquence moindre).
    • Dépasser le 'Moi, je digère bien'. Faites des essais et comparez votre forme nouvelle. Ce n'est pas parce que vous ne vous tordez pas de douleur après chaque repas que vous digérez bien...
    • Dépasser le 'Pour vivre plus longtemps...'. Oui, ce n'est pas le facteur de choix essentiel. Ce qui est primordial c'est le fait de vivre pleinement le moment présent, avec toutes ses capactités physiques et intellectuelles. 'Gagner' quelques années n'a pas beaucoup d'intérêt. En revanche essayez d'éviter certaines maladies 'douloureuses' en fin de vie (ex : cancer) n'est pas complétement dénué de sens.
    • Dépasser le 'Mais comment faire avec ses amis, au restaurant,...' : ça ne pose aucun problème. Vous pouvez mal manger tant que la proportion ne devienne pas prédominante (ou quasi exclusive).

Ce qu'il faut éviter

  • Ne pas manger de fruit à la fin d'un repas
  • Ne pas prendre de 'Gros' petit déjeuner (c'est exactement le contraire des besoins du corps)
  • Ne pas boire de lait le matin
  • Ne pas consommer de saccharose

Utilité

Selon les promoteurs de ce régime, celui-ci apporte :

  • un gain d'énergie
  • un poids plus adapté à sa taille (et à son individualité)
  • une sensation de bien être (légèreté)
  • un état d'éveil tout le long de la journée (plus d'endormissement après les repas)
  • une prévention contre diverses maladies modernes (cardiovasculaires en particulier)

Il ne s'agit absolument pas d'une alimentation que l'on abandonne après avoir maltraité son corps. C'est un état d'esprit à long terme. Les résultats sont rapides et très bénéfiques. A chacun d'en faire l'expérience selon son rythme et ses objectifs. Aucune restriction sur la viande ou le poisson par exemple. Tous les aliments (exception notable du lait qui est déconseillé aux adultes) sont croquables.

Origine de la lente diffusion des bonnes habitudes

  • Ignorance, manque d'information, caractère 'sacré' des traditions (surtout en France)
  • Blackout : lobbys agroalimentaires, famille, amis, médias, corps médical

Conclusion

Ce qu'il manque

  • Une théorie précise qui permettrait d'interpréter exactement le mécanisme de digestion et d'assimilation. Les résultats expérimentaux sont cependant très nombreux et les indices extrêmement forts.

Conclusion

  • Les deux principes fondamentaux sont le moment auquel on mange et le respect des 'bonnes combinaisons'; cela suffit à changer radicalement son corps et donc (!) sa vie. Pas besoin d'avoir sous la main ses 'menus' ou sa balance pour gérer les quantités (qui n'est pas un facteur dominant). Le but peut être pour certains de perdre du poids, pour d'autres de disposer (enfin) de son énergie (et cela n'a rien à voir avec un quelconque esprit zen...) ou pour guérir/se prévenir de pseudo 'maladies' modernes (diabète, cholestérol, pathologies cardiovasculaires,...).
  • Un premier pas pourrait être de :
    • Pas de fruit à la fin d'un repas mais dans un estomac vide
    • Ne mangez que des fruits le matin
    (Ces deux principes vous donnent déjà 50% de résultat...)
  • Conséquence : votre esprit est en quelque sorte 'libéré' d'une sorte de gangue. Des projets naissent sous votre scalp et en plus vous avez l'énergie de les accomplir. ça change tout !
  • Il n'est pas du tout 'obligatoire' de respecter à la lettre ces règles, bien sûr. Cela dépend de chacun. A 75% c'est déjà super. Car on veut parfois conserver certains goûts ou certaines mauvaises habitudes (mais en diminuant leur fréquence) : on 'n'oublie' pas si facilement des décennies de mauvaises bouffes...
  • Enquêtez. Comparez. Recoupez les sources d'informations.

Voir aussi

Ouvrages

  • (en) Food Combining Made Easy, par le docteur Herbert M. Shelton ISBN 0960694803
  • Fit For Life de Harvey et Marylin Diamond
  • Les combinaisons alimentaires et votre santé de Herbert M. Shelton aux Éditions de La Nouvelle Hygiène «Le Courrier du Livre»
  • L'alimentation dissociée d'après Hay selon Dr. Hay et Dr. Walb
  • Les aliments dans le tube digestif de J.J. Bernier, J. Adrian, N. Vidon

Liens externes

Publié dans Alimentation

Commenter cet article

JohnJohn 16/08/2010 14:38



Le régime antoine ou comment se ségouter de l'alimentation ..