Karma

Publié le par Jacques

Karma signifie acte, action en sanskrit (कर्म) (tibétain : las, pâli : kamma, birman : kan, japonais : rinne, gô).

Pour les hindouistes et les bouddhistes, la loi du karma - ou loi des actes - affirme que toute action (du corps, de la parole et de l'esprit, c'est-à-dire tout acte, toute parole et toute pensée) a un ensemble de causes et des conséquences. Rien n'est dû au hasard ou à une intervention divine, mais à l'interaction de multiples causes ou facteurs, qui la plupart du temps nous échappent. Ceci est bien sûr uniquement valable dans le saṃsāra, notre monde habituel. Les êtres éveillés sont allés au-delà de la dualité et peuvent poser des actes qui ne sont plus assujettis à la loi du karma.

Une acception courante, mais erronée du mot karma est fatalité ou destin. « C'est ton karma », tu n'y peux rien ! Or aucune situation n'est inéluctable, car de nouvelles causes peuvent modifier les conséquences de nos actes passés.

On parle aussi de karma collectif (d'un groupe, d'une nation) : l'avenir de ce groupe dépend des actes passés de ses membres. Il est très fréquent que nous nous réincarnions auprès d'êtres auxquels nous sommes attachés. La loi du karma peut également s'étendre au long des renaissances successives. On dit que nous avons eu tellement d'incarnations que tous les êtres ont été notre mère dans une vie donnée...

L'idée du karma insiste sur notre responsabilité, à tout instant, face à tous nos actes, pensées, paroles. Nous créons les causes de tout ce qui arrive (en fait, notre esprit crée tout). Chaque acte, pensée ou parole a une conséquence. Un acte positif a des conséquences positives. Un acte négatif engendre de la souffrance. Les bouddhistes sont non-violents et respectent toute forme de vie, y compris animale. Nous devons prendre du recul, regarder le monde qui nous entoure en mettant de l’espace. L’observation de la souffrance des êtres (humains ou non) doit être une occasion de voir s’élever la compassion. La biche est un symbole traditionnel de la compassion. Parce que, justement, la biche se cache des chasseurs pour qu'ils ne risquent pas de commettre un acte négatif en la tuant. La biche évite aux chasseurs de se créer un karma négatif !

Différentes traditions, différentes interprétations

L'interprétation de la notion de karma varie entre les traditions qui l'utilisent :

  • Pour les bouddhistes, le karma que l'on crée en agissant, que ce soit avec le corps, la parôle ou l'esprit, est essentiellement favorable ou défavorable, positif ou négatif (kusala ou akusala en sanskrit ; ces termes n'ont pas de traduction exacte en français) en fonction de l'état d'esprit qui sous-tend l'action. C'est le seul critère. Par exemple, si l'on donne quelque chose à quelqu'un de manière désintéressée, on crée du karma positif. Ce n'est pas le cas, en revanche, si l'on donne parce que l'on attend quelque chose en retour. Enfin, le karma créé peut donner ses fruits dans cette vie ou dans une vie future.
  • Pour les jaïnistes, l'action est le seul critère, et l'état d'esprit la sous-tendant n'entre pas en compte. C'est pour cela, par exemple, que les jaïnistes portent souvent des masques filtrants ; faisant cela, ils évitent de tuer des insectes en les avalant par inadvertance.
  • Pour les hindouistes, les actions ont des conséquences karmiques en fonction de l'état d'esprit dans lequel elles sont faites, comme pour les bouddhistes, mais on peut cependant dire que pour les hindouistes le karma ne porte ses fruits que dans les vies futures, et en fonction d'une volonté divine. Du fait du système des castes, il est impossible à un hindouiste de s'élever dans cette vie-ci plus haut que le niveau spirituel (et social, incidemment) dans lequel il est né. Son seul espoir est de créer autant de karma positif que possible avec l'espoir de se réincarner dans une caste plus élevée dans une vie future.

Karma yoga

Le karma yoga est la pratique du service désintéressé. En offrant sans attente de retour un service, de son temps, de ses compétences, le karma yogi espère atténuer les conséquences de ses actions mauvaises passées sur son présent et son avenir, tout en contribuant à l'amélioration du monde.

Source : Karma et Karma yoga de Wikipedia.

Publié dans Développement durable

Commenter cet article