La société russe Gazprom

Publié le par Jacques

Gazprom (Газпром) est une société russe de production et de transport de gaz naturel. Depuis 1954, elle est le premier exploitant et le premier exportateur de gaz au monde.

Description

Elle est devenue l'un des outils de la politique extérieure russe. En effet, elle permet à l'État russe de contrôler l'essentiel de l'exportation de gaz naturel et d'exercer un moyen de pression sur les pays clients.

Elle fournit 90 % de la production de gaz naturel russe et 23 % de la production mondiale, tout en ayant des réserves estimées à 17 800 km3. La société possède notamment le gisement de l'Ourengoï. Ses clients se trouvent en Europe centrale et occidentale, ainsi que dans l'ancienne U.R.S.S.

En 2005, la société contribue pour 20 % aux recettes budgétaires russes et contribue à hauteur de 8 % au PIB. Elle emploie plus de 300 000 personnes.

Historique

Cette société est issue du ministère soviétique du gaz.

En septembre 2005, Gazprom a annoncé la construction, pour 2010, d'un gazoduc de 1 200 km sous la mer Baltique. L'un des objectifs est de contourner la Pologne et L'Ukraine.

Un outil au service de la politique étrangère de la Russie

Dépendance à la fourniture de gaz russe

Gazprom fournit à l'Europe occidentale 25 % de ses besions en gaz naturel en 2005. Ainsi, les Etats Baltes sont dépendants à 100 %, l'Autriche à 55 %, l'Allemagne à 37 %, 21 % à la France... C'est pourquoi Moscou peut utiliser cette dépendance énergétique pour faire pression sur les pays concernés.

Un moyen de pression dans la politique de voisinage

80% des approvisionnements de l'Europe en gaz russe transitent par l'Ukraine. Cela explique la crise du début de l'année 2006.

La crise de janvier 2006

Le 1er janvier 2006, elle a décidé de suspendre toute exportation de son gaz vers l'Ukraine en raison de la non-renégociation de son contrat. Jusqu'au 31 décembre 2005, l'Ukraine bénéficiait de prix avantageux grâce à ses bonnes relations et son statut d'ancien pays de l'U.R.S.S. Or, depuis la révolution orange de novembre 2004, les relations russo-ukrainienne se sont considérablement dégradées.

Gazprom souhaite aligner le prix du gaz ukrainien, jusque là fortement subventionné (50 dollars US par 1000 m3), sur celui du marché européen (230 dollars US). L'Ukraine refuse une telle proposition et, depuis le 1er janvier 2006, Gazprom a coupé l'alimentation en gaz. Or, les gazoducs reliant la Russie aux pays européens passent tous par l'Ukraine, ce qui pose certains soucis d'approvisionnement pour les pays européens, car Kiev menace de se servir directement aux gazoducs européens en cas de pénurie trop importante. Pour plus de détails, voir [1].

Le 3 janvier 2006, l'Ukraine accepte l'alignement sur le prix du marché européen et Gazprom recommence à alimenter les gazoducs à pleine capacité (pour plus de détails, voir [2]). Les termes de cet accord imposent, en pratique, une augmentation moins sévère du prix du gaz. L'Ukraine paiera en pratique 95 dollars US par 1000 m3, car elle s'alimentera à plusieurs sources, certaines demandant un prix de 50 dollars US. (Pour plus de détails, voir [3].)

Source : Wikipedia

Publié dans Actualités

Commenter cet article