Au delà de l’économie..

Publié le par Jacques

Il fût un temps où la vie des animaux ne dépendaient que de considérations biologiques.

Aujourd’hui, l’homme s’est doté d’outils toujours plus sophistiqués, lui permettant de voler, de nager sur de longues distances ou à de grandes profondeurs.

Ces outils doivent naturellement être produits par la coopération de nombreuses personnes, supposant l’existence d’une économie.

La vie des hommes dépend donc également de considérations économiques.

Ainsi, certains meurent de faim alors que leurs terres regorgent de nourriture.

Simplement, à cause de considérations économiques rendant l’export de cette nourriture plus rentable « rapportant plus d’argent » : d’où des prix trop élevés pour la population locale..

En outre, cette production de biens et services de toutes sortes provoquent des changements environnementaux : barrages hydro-électriques, pollution chimique, déforestations, qui perturbent et même menacent la vie de nombreuses espèces.

Ces effets néfastes atteignent aussi les êtres humains qui développent de nombreuses maladies liées à la pollution : on parle de saturnisme, de produits cancérigènes..

Il est donc souhaitable d’envisager aussi des aspects sociaux et environnementaux, afin de ne pas trop nuire à nous-même, à nos semblables ou à l’environnement et ne pas mettre l’économie au dessus de tout.

Cela signifie de réfléchir dans l’utilisation qui est faite de l’argent que l’on dépense ou investit et de pouvoir choisir cette utilisation.

Il y a l’argent que l’on met dans son compte en banque. Est-ce que la banque a ces considérations éthiques ? Est-ce que j’ai le choix de limiter les investissements de la banque à des investissements plus « éthiques » ? Ou mieux encore, imposer à la banque de ne pas y toucher.

Il y a l’argent que l’on dépense. Est-ce que ce que j’achète est vraiment utile ? Ne profiterait-il pas mieux à quelqu’un d’autre ? Est-ce que la manière dont ce produit a été conçu, produit et acheminé jusqu’à moi suit des considérations respectueuses pour l’humanité dans son ensemble, pour la nature : production locale, agriculture biologique..?

Il y a la contribution à la société dans son travail. Est-ce que je fais bien mon travail ? Suis-je utile, respectueux des gens autour de moi et jusqu’à l’impact sur les gens consommateurs, producteurs ou d’autres touchés indirectement par mes activités ?

Et bien sûr, la même contribution et les mêmes impacts dans ses relations avec les autres, dans les associations, ou entre amis, avec sa famille.. car là aussi je consomme et produit des biens ou services même s’ils sont offerts gracieusement.

Publié dans Réflexions

Commenter cet article

Sami MHENNI 09/03/2007 09:43


Nous, pour la méditerranée


« …. Il ne tient qu'à vous d'en décider, On appartient au même filet, On est tous en danger, Paroles de Cétacés. »
Est-il juste de penser que les intérêts vitaux d'un individu comptent moins que nos intérêts les plus dérisoires, simplement parce que cet individu est d'une autre espèce ? … Spécisme
"Le véritable test moral de l'humanité (le plus radical, qui se situe à un niveau si profond qu'il échappe à notre regard), ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux. Et c'est ici que s'est produite la faillite fondamentale de l'homme, si fondamentale que toutes les autres en découlent". (Milan Kundera, dans « L'insoutenable légèreté de l'être » ) Je rajoute, à la manière de Helmut Kaplan, que lorsque nos petits enfants nous demanderont :"mais à votre époque, vous saviez que tout cela existait n'est-ce pas ?", et que nous répondrons "oui" d'un hochement de tête embarrassé, faudra t'il que l'on attende la question suivante un peu comme une sentence : "Mais alors pourquoi vous n'avez rien fait ?".
Parce que « En les sauvant, c'est l'homme de demain que nous sauverons » ( « Des dauphins et des Hommes » de Muriel Teyssier.
Parce qu'on assiste à une multiplication des AMP et des ASPIM avec pour étendard la protection des mammifères marins et les dauphins en particulier. Parce que cette « identité méditerranéenne » a été redécouverte à partir d'une prise de conscience des problèmes de l'environnement et de développement durable.
Permettez moi de rêver : Que les dauphins seront un jour pour la région Méditerranéenne ce qu'a été le charbon et l'acier pour l'Europe communautaire
DELPHIS NOSTRUM TUNISIA