Agriculture biologique

Publié le par Jacques

Définition et théorie

L'agriculture biologique est, au sens propre, un pléonasme (il n'existe pas d'agriculture non biologique).

Le terme est apparu vers 1950, par opposition au système de production agricole qui s'est mis en place à partir du XIXe siècle, qualifié de chimique en raison de son usage de produits de synthèse (engrais d'abord, puis produits de protection des plantes contre les maladies et les ravageurs), ou de productiviste par sa logique, et considéré, parfois, comme dangereux et non durable.

L'agriculture biologique se caractérise principalement par son refus d'utiliser des produits « chimiques ».

Les fondements théoriques de l'agriculture biologique utilisent les notions de :

  • fluide vital : il s'agit de ne pas polluer, amoindrir ce fluide en lui incorporant des éléments minéraux ou pire encore artificiels ;
  • système : il ne faut pas nourrir directement la plante seulement, mais gérer tout le système air-eau-sol-plantes-animaux sans le forcer ;
  • respect de ses éléments : nourrir une vache avec de l'herbe, et non avec des concentrés contenant des sous-produits animaux ;
  • méfiance à l'égard de l'homme ou du moins de certaines de ses actions anti-naturelles.

De tels fondements s'appuient sur des notions élémentaires qu'il convient de respecter tant au niveau de la théorie que de la pratique. Il s'agit principalement de la notion :

  • D'équilibre : toute acte ou toute pensée doit veiller à respecter un équilibre avec l'environnement. Le développement réside dans les déplacements des équilibres naturels.
  • De diversité : les systèmes techniques ou philosophiques dépendent des contextes locaux spécifiques avant de répondre à des fondements immuables.
  • D'autonomie: En fonction du contexte et des équilibres en place, l'action ou la pensée vise aussi à ne pas priver les êtres humains de leurs autonomies. Par exemple, vis-à-vis de l'industrie chimique qui peut aussi produire des intrants bio en grande quantité.

Ces fondements, dans leur version contemporaine ayant rationnalisé sa démarche, conduisent à une forte recherche d'amélioration qualitative par une recherche constante d'alternatives à beaucoup de comportements de l'agriculture productiviste en s'appuyant sur des expertises pluridisciplinaires (biologiste, agronome, écologiste, pédologue, géologue...) et le partage des expériences, refusant la confiance, jugée excessive des agriculteurs productivistes envers les commerciaux des firmes agro-pharmaceutiques et de nombreuses chambres d'agriculture acquises au productivisme.

L'agriculture biologique s'est aussi distinguée en refusant d'une part le productivisme mais aussi un certain obscurantisme agricole basé sur des croyances celtes ou orientales que certains auraient voulus rattacher à l'agriculture biologique, ces croyances ont pu s'exprimer dans ce qui a été appelé agriculture biodynamique, même si cette école de pensée ne se réduit pas qu'à cela.

Elle a aussi permis de renouer avec un savoir agricole empirique totalement nié dans le productivisme inspiré par le scientisme.

Comme toute démarche innovante, la culture biologique a couté beaucoup d'argent aux premiers agriculteurs biologiques. En effet, devant faire leur preuves, ils ne pouvaient bénéficier des aides agricoles et de certains prêts car ils devaient convaincre les autres agriculteurs désignés comme expert et la FNSEA. L'hostilité à ce modèle agricole, jusqu'à une époque récente, était ultra-majoritaire au sein de la population agricole. Cela était surtout dû a l'impression de retour en arrière. En effet, la remise en question de la révolution verte était vécue comme un retour à l'agriculture de grand papa, et semblait réactionnaire à toute une génération d'agriculteurs qui avait participé à ce grand mouvement productiviste. De leur point de vue, et à juste titre, ils se considéraient comme à la pointe du progrés et techniquement ultracompétents, sans voir les problèmes liés au modèles qu'ils entretenaient. Ce sentiment a été exacerbé par le discour radical des premiers agriculteurs biologiques qui avaient pour quelques uns une vision mystique du métier, ces quelques agriculteurs ne sont plus a l'heure actuelle significatifs dans l'ensemble des exploitations biologiques.

Malgré tout l'intérêt de l'agriculture biologique, les résultats techniques (surtout les rendements quantitatifs, pour ce qui est des rendements qualitatifs, de la régularité et de l'homogénéïté ce fut vrai dans les débuts de l'agriculture biologique) de la plupart des cultures biologiques sont légèrement inférieurs à ceux de l'agriculture conventionnelle. L'agriculture biologique massive entrainerait une légère baisse de la production agricole qui diminuerait l'excedent agricole européen et américain, alors qu'en afrique par exemple cela permettrait une hausse de la production agricole du fait de la meilleure prise en compte des éléments naturels et des réponses appropriées.

Surtout, cela permettrait une garantie de durabilité de l'agriculture, l'agriculture conventionnelle n'étant pas viable (économiquement comme écologiquement) a long terme du fait de l'érosion des sols et des coûts indirects non pris en compte (frais de santé et dépollution par exemple) qui s’ils sont pris en compte rendent l'agriculture biologique bien plus pertinente

Législation

Au niveau européen, le premier règlement sur l'agriculture biologique est entré en vigueur en 1992 (Règlement n° 2092/91), suivi en août 1999, de règles relatives à la production, l'étiquetage et l'inspection en matière d'élevage (Règlement n° 1804/1999). Un plan d'action, pour favoriser le développement des modes de production biologique, était en cours d'élaboration, début 2004, par la Commission européenne. Les règles de base sont l'interdiction d'utiliser des engrais chimiques et pesticides ou herbicides de synthèse. L'utilisation d'organismes génétiquement modifiés (OGM) est également interdite. Les produits de l'agriculture biologique bénéficient de marques et de logos protégés au niveau européen.

Il faut remarquer que cette législation définit ce qu'on appelle une « obligation de moyens », mais ne garantit pas la qualité des produits eux-même. Mais des taux de pesticides, le poids de matière sèche ou la quantité en micronutriments démontrent une qualité phytosanitaire moyenne supérieure de cette production, sans compter le facteur gustatif qui n'a pas encore fait l'objet d'enquêtes.

Le terme agriculture biologique est maintenant légalement protégé en France depuis la loi d'orientation agricole du 4 juillet 1980 et le décret du 10 mars 1981, lesquels l'ont définie, et ont fixé les conditions d'homologation des cahiers des charges et précisé les substances pouvant être utilisées dans la production, la conservation et la transformation des produits agricoles.

Place dans la politique agricole européenne du début du XXIe siècle

logo européen de l'Agriculture biologique

Selon l'Agenda 2000, les agriculteurs sont tenus de respecter certaines normes environnementales de base, sans recevoir de compensation financière. Ils sont également soumis au respect du principe de pollueur-payeur. Cependant, les mesures agri-environnementales proposent de rémunérer les agriculteurs souscrivant à des engagements allant au-delà des bonnes pratiques agricoles. En particulier, la pratique de l'agriculture biologique permet de percevoir des primes. De plus, l'agriculteur biologique peut recevoir des aides aux investissements. Ces actions devraient tendre à favoriser l'adoption de pratiques d'agriculture biologique.

Depuis l'adoption du réglement européen de 1992, des nombreuses exploitations se sont converties à ce nouveau type de production agricole.

L'agriculture biologique en France

logo de l'Agriculture biologique en France

Le label agriculture biologique est défini par le ministère de l'agriculture et le logo AB est sa propriété, un cahier des charges précis définit les règles permettant d'être certifié.

Plusieurs organismes certificateurs ont l'autorisation de délivrer la certification :

  • Ecocert
  • Qualité France
  • AFAQ-ASCERT international
  • Qualité Nord-Pas de Calais
  • ULASE
  • AGROCERT
  • ACLAVE
  • CERTIPAQ

Agriculture biologique et agriculture conventionelle

L'opposition entre ces deux types d'agriculture n'est pas aussi radicale que cela peut apparaître à première vue. D'une part, le cahier des charges de l'agriculture biologique préconise un certain nombre de mesures de gestion qui peuvent s'appliquer en agriculture classique, par exemple la rotation des cultures, ou le délai minimum d'abattage des animaux, qui s'impose aussi pour certains labels de qualité.

D'autre part, l'interdiction de produits chimiques (ce terme est vague comme la frontière entre chimique et naturel, mais les cahiers des charges sont, eux, précis) n'est pas totale en agriculture bio, elle est plus restrictive, les pyréthrénoïdes et la roténone, deux insecticides naturels tirés de végétaux sont autorisés, ils ont une biodégradabilité rapide et sont beaucoup moins nocifs que la plupart des insecticides issus de la pétrochimie.

Il est vrai que les agriculteurs bio préfèrent restaurer les équilibres de la petite faune en favorisant la faune utile (lutte biologique) plutôt qu'éliminer indistinctement toute activité animale.

Un exemple de moins en moins controversé est celui de la bouillie bordelaise (à base de sulfate de cuivre) utilisée en arboriculture fruitière (pas seulement en agriculture biologique) est autorisée alors que la toxicité du cuivre aujourd'hui reconnue va conduire à son élimination, y compris en agriculture classique, déjà les effet nocifs du cuivre avaient entrainés une diminution des doses de cuivre dans la bouillie bordelaise et le recours de plus en plus fréquent à d'autres méthodes.

L'agriculture bio élimine un certain nombre de risques sanitaires induits par l'usage, ou l'abus, de certains intrants chimiques, mais elle introduit des facteurs de risque liés à certaines pratiques :

  • l'interdiction des fongicides chimiques entraîne le risque de présence de mycotoxines dans les aliments ;
  • l'emploi de fertilisants organiques peut amener des germes pathogènes pour l'homme; c'est vrai aussi en agriculture classique ;
  • l'emploi de médicaments homéopathiques doit être subordonné à une vérification de leur efficacité réelle, c'est pourquoi l'usage ne fait pas consensus parmi les agriculteurs bio.
  • l'interdiction d'emploi de désherbant entraine l'augmentation des travaux culturaux d'où une augmentation de la dépense énergétique par unité produite (en contradiction parfois avec la notion de développement rural).

L'agriculture biologique a aussi permis de développer de nombreuses techniques et technologies innovantes dont la plupart se diffusent lentement dans l'agriculture productiviste et possèdent des avantages non négligeables :

  • elle supprime la plupart des nuisances liées aux pesticides que ce soit pour les nappes phréatiques ou les eaux de surface, la faune et l'homme ;
  • en relocalisant les productions et en recourant moins aux intrants, elle revitalise le tissu socio-économique local, crée des emplois, évite des flux de marchandises facteur d'effet de serre et diminue les infrastructures d'extraction de matières premières, infrastructures extrêmement polluantes en général ;
  • elle utilise beaucoup moins de matériaux issus de la pétrochimie et donc tend à retarder le pic pétrolier ;
  • elle est très favorable à la biodiversité ;
  • elle permet de diminuer l'exode rural en améliorant la viabilité à long terme des exploitations et l'image des paysans ;
  • elle est un moyen de lutter contre l'érosion.
  • selon une étude de la Cornell University de New York, elle consomme 30 % d'’énergie en moins, moins d'eau et pas de pesticides pour des rendements équivalents.

Néammoins, elle se diffuse très lentement dans le milieu agricole professionnel et reste marginale, malgré les aides importantes à la reconversion. Elle trouve la plupart de ses adeptes et défenseurs parmi les néo-ruraux et les mouvements écologistes des villes.

Nombreuses sont les collectivités territoriales à favoriser activement l'agriculture biologique afin de faire de grosses économies et d'améliorer la santé des populations, tel que la ville de Munich depuis 1991 pour protéger les ressources en eau, ce programme est un succès.

Liens externes

Source : Wikipedia

Publié dans Environnement

Commenter cet article